FutureProof Summit - March 17th 2022

ARTICLES

Metaverse, NFT et blockchain : bonne ou fausse bonne idée ?

A chaque année ses buzzwords de la tech. La dernière décennie aura vu éclater la tendance IoT (Internet des Objets), l’industrie prendre 4 dimensions (industrie 4.0), les villes devenir intelligentes et connectées (smart building, smart cities), les technologies verdir (GreenTech), la réalité devenir virtuelle, mixte ou augmentée et le web 2.0 chassé par l’audacieux web 3.0… Avec en guise "d’accélérateur-surprise" des usages numériques, la crise sanitaire. 

En 2021, c’est la déferlante du metaverse et des NFT qui parvient jusqu’à nous, le tout encouragé par une hype grandissante des cryptomonnaies, de plus en plus normalisées dans l’espace médiatique et qui embarquent avec elles leur lot de légendes et success-stories à propos de nouvelles fortunes multimillionnaires « en crypto », des mutations des investissements traditionnels et des pistes d'affranchissement du système bancaire classique... Le NFT, ce document numérique sécurisé grâce à la technologie blockchain - réputée inviolable et inaliénable - opère un basculement – a minima idéologique - vers un système monétaire décentralisé.

C’est aussi :  
  • de nouvelles opportunités de vente pour les marques, 
  •  un prétexte pour la mise en avant de nouveaux formats marketing basés sur la rareté et la désirabilité de produits immatériels, 
  •  Le paradis des collectionneurs, gamers, artistes et producteurs de contenus avec la perspective de conquérir de nouvelles audiences... 

2021 sera donc l’année de l’avènement des NFT et les sociétés qui en produisent font largement parler d’elles, tels que Sorare, licorne française avec au compteur la plus importante levée de fonds de la French Tech (680 millions de dollars) et valorisée 4,3 milliards de dollars. 

La techno en question ? Un jeu d’enfant : l’équivalent des cartes Panini en dématérialisé, authentifiées en ligne par un NFT (Non-Fungible Token), un format de certificat numérique sécurisé grâce à la blockchain. La bulle NFT – si c’en est une - s’emballe de plus en plus : une œuvre d’art numérique représentant Trump affalé au sol, conçue par l’artiste Beeple, s’arrache à 6,6 millions de dollars, le rappeur Booba négocie des clips exclusifs de son dernier morceau en version « token », le célèbre GIF de Nyan Cat trouve propriétaire pour la “modique” somme de 580 000 dollars …

Pourtant, rien n’a changé sur Internet, sauf un effet de « rareté » négocié sur ce qui était jusqu’alors partagé librement – mais peut-être un horizon plus fertile pour les droits d’auteur et la propriété intellectuelle ? 

Pourquoi des NFT dans le metaverse ?
Second Life, Habbo, Roblox, The Sandbox, Meta, Microsoft, Nvidia... Autant d’acteurs de ce qui est désormais communément appelé le metaverse, un univers virtuel rappelant les codes du long métrage Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg et sorti au cinéma en 2018, où le personnage principal fuit la réalité de son existence morose, au cœur d’une cité dévastée, dans les mondes virtuels, le tout grâce à un équipement high-tech et ultra immersif.

Dans les faits, rien d’aussi excitant... Les tchats virtuels avec ou sans avatars 3D n'ont rien de neuf, on se souvient de Second Life, retombé dans l’oubli dès que le tout-venant s’en est emparé (politiques, marques) et a transformé cet univers libre en repère peu glorieux des pires travers de la société sur Internet... Comme d’autres plateformes, le metaverse offre la possibilité, depuis un ordinateur, un mobile ou grâce à un casque VR, de se promener dans un univers connecté, d’interagir avec les avatars d’autres internautes et de devenir propriétaire de terrains, d’objets et autres accessoires dématérialisés. Les marques et plus particulièrement le luxe, ont sauté sur l’occasion pour créer des versions immatérielles de leurs produits : paires de baskets siglées, sacs à main… 

Le principe est déjà bien connu des passionnés de jeux vidéo avec la possibilité d'achat de skins (tenues, habillage de voiture, accessoires…) exclusives dans de nombreux jeux pour différencier son avatar des autres. Le NFT vient sanctuariser la propriété de ces skins pour les heureux acquéreurs avec un système de jetons dans la blockchain. Et plus la démocratisation des NFT progresse, plus les idées surgissent : demain des NFT pour des documents inédits : films, produits, goodies... Et une foule d’opportunités pour les marques et les entreprises à la clé. A condition d'y voir davantage qu'un effet de mode... Et de vouloir investir ! 

Et vous, vous y croyez ? Rejoignez la discussion et participez au FutureProof Summit le 17 mars 2022 !  

Et vous, vous y croyez ? 

Rejoignez la discussion et participez au FutureProof Summit le 17 mars 2022 !